signature bearnais
signature basque
cma-logo-mobile

Résultats du concours "Un des meilleurs ouvriers de France" en 64

Yves Castera visuelBelle moisson de MOF dans le 64

Yves Castera, enseignant la peinture en carrosserie automobile à l’Université des Métiers de Bayonne-Pays basque, Patrice Ibarboure, pâtissier du restaurant La table des frères Ibarboure à Bidart, et Sébastien Zozaya, charcutier-traiteur et chef d’entreprise -Inopia- à Biarritz obtiennent le prestigieux titre de Meilleur Ouvrier de France 2018.
 

Lionel Barraquet, peintre en décors à l’Hôtel du Palais à Biarritz, est en attente des résultats au moment où nous bouclons cet article. A suivre.


Interview d'Yves Castera, enseignant et meilleur ouvrier de France :

Yves a pour habitude de repousser les limites. Les siennes mais aussi celles des jeunes qu’il ac-compagne en formation « je les amène au-delà de la réalisation du travail, j’ouvre une fenêtre à la créativité pour qu’ils découvrent la palette de leurs possibilités à travers l’aérographie et la déco. ».

Président de région du secteur peinture en carrosserie auprès de la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France, il accompagne depuis une vingtaine d’années les candidats au concours « Un des meilleurs apprentis de France » ainsi qu’aux Olympiades des Métiers.

Pour ce pratiquant de pelote basque, la compétition est dans l’ordre des choses. Dans le cadre de sa carrière professionnelle il a souhaité « boucler la boucle » et tenter de fermer symboliquement le ruban tricolore des MOF ! Il se décide en 2016 à l’occasion de la première édition du concours dans sa catégorie de métier. Pendant ces 2 années il s’applique à lui-même une des devises de Jean-Paul Sartre qu’il répète aux apprentis : « Faire, et en faisant se faire et n’être rien d’autre que ce que l’on fait ». Cette citation l’accompagne durant sa formation à l’école d’aérographie de Nantes, ses stages techniques, ses séances de préparation physique et mentale, et ses entrainements dans son garage. 

MOF Castera realisation

Ce concours c’est une obsession !

« Il faut être mature pour s’engager dans ce concours, avoir un certain recul et être prêt à faire des sacrifices, mais une fois que la décision est prise, on se concentre et on y va ! ». Il y a la préparation, la réalisation de l’œuvre, le mémoire, le départ à Clermont-Ferrand pour les épreuves finales, trois jours d’une intensité extrême, la gestion de la concentration, de la résistance physique, du temps, et au bout la reconnaissance. « Ce concours aboutit à l’attribution d’un diplôme qui marque l’excellence du savoir-faire et du savoir-être, je suis heureux de représenter la mémoire du métier et son évolution, ainsi que les trois valeurs du MOF dans lesquelles je me retrouve : rigueur, partage et humilité. »

«Mais dans ce genre d’exercice, on ne peut pas partir seul alors je tiens à remercier entre autre Gérard Gomez Président de la CMA64, Françoise Ribereau directrice de l’Université des Métiers, Thierry Perret, Société Lartigue Lavie, Serge Perchicot, Bayonne automobiles, Yves Lehmann, Renault-Biarritz, Jean-Louis Roux, designer, sans oublier Paul Ochoa, mon professeur ! ».

Yves, c’est nous qui te remercions, pour ta perspicacité, ta joie de vivre, ton plaisir non feint d’enseigner, ton engagement, ta générosité, ton goût pour le métier, ta simplicité, ton sens de l’amitié et de la famille.
Rendez-vous à la Sorbonne en mars prochain pour la remise des diplômes !